La revanche d’un blanc

Article transmis par un ancien… qui pourrait intéresser d’autres anciens…

L’aligoté est un cépage blanc bourguignon.
Ses grappes sont petites (10 cm environ) et formées de petits grains sphériques. Ses feuilles sont orbiculaires, très peu découpées et de grande taille.
C’est un cépage fertile et rustique, mais sensible aux maladies, notamment au mildiou. Il correspond en Bourgogne à l’appellation « Bourgogne aligoté », qui produit un vin assez pauvre en tanin et parfumé, aux arômes typiques de citron, d’acacia, de noisette ou de pomme verte, parfois d’agrumes plus généralement. Il est souvent consommé en mélange avec la crème de cassis (le Kir).

L’aligoté est présent dans le vignoble bourguignon dès le XVIIe siècle1. En 1999 des chercheurs de l’Université de Californie à Davis ont soumis 322 échantillons de vigne à des analyses génétiques poussées. En tout, 16 cépages sont le résultat de croisements entre le Gouais blanc et le Pinot. Il s’agit de l’aligoté, de l’aubin vert, de l’auxerrois, du bachet noir, du beaunoir, du chardonnay, du dameron, du franc noir de la Haute-Saône, du gamay blanc Gloriod, du gamay, du knipperlé, du melon, du peurion, du romorantin, du roublot et du sacy.
En Suisse, dans la région de Genève, la première personne à avoir planté de l’aligoté est Jules Dupraz, au début du XXe siècle

http://next.liberation.fr/food/2018/05/25/aligote-la-revanche-d-un-blanc_1654243

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s