Pourboire or not pourboire ?

Certains de nos anciens (les retraités, peut-être ) vont profiter de l’arrière saison pour voyager et quand on va dans des pays étrangers, il est bon de connaître les coutumes. Ainsi le pourboire !!!

Définition:
Un pourboire est une somme d’argent ou une libéralité versée à une personne en remerciement d’un service ou de la qualité de celui-ci. Les pourboires ne sont pas vus de la même manière selon les secteurs d’activité, les pays et les personnes. Depuis le XVIe siècle, cette pratique, synonyme de Pot-de-vin, en fonction de la somme attribuée est considérée comme une corruption à caractère illégal.

Le pourboire, cette générosité essentiellement française, prouve l’humanité d’une nation. Elle veut, la France, qu’à la rémunération tarifée du travail ou du service, il s’ajoute un peu de joie, un peu de bon temps, un peu d’ivresse. (Goncourt)

pourboir.JPG
Un pourboire indispensable à New York, mais totalement mal vu au Japon… Les habitudes sur ce petit supplément en fin de repas diffèrent tellement d’un pays à l’autre qu’on a vite fait d’être maladroit.

Pourboire incontournable

Egypte: N’oubliez pas de confier un petit quelque chose au chauffeur qui vous a déposé à l’hôtel, à son collègue qui a monté les valises dans la chambre, à ce passant qui s’est proposé d vous indiquer le chemin… Le ‘bakchich’ est indispensable en Égypte. Vous devrez l’intégrer dans votre budget « vacances ». Compter 5 € par bagage pour le portier, 10 € par jour pour les femmes de chambre et 5 à 10 € pour le chauffeur de taxi.

Maroc: les pourboires sont courants, surtout dans les restaurants des grandes villes touristiques (Marrakech, Agadir …), mais aussi pour les services de gardiennage de voiture (gardiens), parfois le pourboire représente 100 % de leurs salaires. Cependant, le pourboire n’est pas obligatoire (mais fortement conseillé).

 

Etats-Unis: Au pays de l’Oncle Sam, le pourboire n’est pas obligatoire, mais il est parfaitement intégré dans les habitudes. Vous devez toujours avoir dans la poche des petites coupures pour régler 15 à 20% de l’addition en pourboire. Vous pouvez mêmes le régler en carte de crédit. Dans un café, un verre est égal à 1 $ de pourboire.

Mexique: Si vous vous attablez dans un restaurant mexicain, prévoyez un pourboire de l’ordre de 10 à 20% de la facture totale. Les serveurs comptent sur ce supplément pour combler leurs petits salaires. Mieux vaut d’ailleurs confier cette récompense en liquide.

Pourboire non obligatoire

Australie: Au pays des kangourous, vous n’êtes pas tenus de laisser un petit supplément puisque l’addition comprend déjà 10% de taxe. Toutefois vous serez bien vus si vous récompensez un service soigné. En général, les « Aussies » laissent 10% de pourboire dans ce cas-là.

Brésil: Au Brésil, il est d’usage de laisser un pourboire correspondant à 10 % du montant de l’addition (il sera du reste partagé entre les serveurs et la cuisine). Or, les restaurants ont pris la mauvaise habitude d’ajouter automatiquement 10 % à l’addition. En ce cas, le client n’est nullement obligé de laisser « les 10 % », mais ne pas le faire est très mal vu (cela voudrait dire que le service était détestable). Le client voulant signaler son contentement peut donner, en plus des 10 %, une somme supplémentaire, à sa discrétion. Certains établissements affichent de manière explicite sur l’addition : « Nous ne faisons pas payer les 10 % ». En ce cas, il est d’usage de quand-même laisser 10 % environ. Note : on dit de moins en moins « gorjeta » (du français « gorge »), mais de plus en plus « os 10 % » (les 10 %)…

Algérie : le pourboire n’est ni généralisé ni obligatoire. Cependant, il est accepté de laisser une petite somme au serveur du restaurant ou d’arrondir le tarif avec le chauffeur de taxi.

France: Tout le service (personnel et les couverts) est compris dans la note. En France, le pourboire est de coutume. Dans le domaine de la restauration, il est d’usage d’arrondir par excès le prix lorsqu’on est satisfait du service, par exemple en laissant de la monnaie sur la table. Dans le domaine de l’hôtellerie, il est d’usage de donner un pourboire (usuellement un (des) billet(s)), lors d’une demande particulière, au service de chambre, au bagagiste et au voiturier, lorsqu’on apprécie la qualité du service.

Grèce: Destination privilégiée par les Européens pour leurs vacances d’été, la Grèce n’a pas la coutume du pourboire. Les frais de service sont bien comptabilisés dans la note en fin de repas. Toutefois, ce geste permet d’être poli et généreux.

Allemagne: On a l’habitude de donner un pourboire (allemand : Trinkgeld) entre 5 % et 10 % du montant payé. On fait ainsi dans les restaurants, les estaminets et parfois chez le coiffeur. On ne donne pas de pourboire dans des snack-bars ou quand on est servi par le patron lui-même. Des pourboires minimaux sont considérés comme injurieux ; il vaut même mieux de ne pas en donner du tout. Le pourboire n’est normalement pas laissé à la table, mais on le donne directement au serveur. Pour éviter tout malentendu, on donne son prix au moment de donner l’argent : par exemple si on doit 8,5 € et qu’on tend un billet de 20€ on peut dire : zehn, et le serveur comprendra qu’il doit nous rendre 10 €. Dans le cas, où l’on ne dit rien le serveur est censé rendre l’argent, mais il peut arriver qu’il comprenne que tout est pour lui. Ainsi si l’on doit 9,5 € et qu’on tend un billet de 10€, une part importante des serveurs ne rendra pas la monnaie.

Pourboire à éviter

Chine: Dans l’Empire du Milieu, le pourboire est mal vu. Les Chinois l’interprètent comme s’ils étaient mal payés par leurs employeurs. L’exception qui confirme la règle ce sont les zones touristiques, les hôtels haut de gamme et les restaurants chics. Toutefois, sachez que si les Chinois n’acceptent pas les pourboires, ils ne sont pas contre les petits cadeaux.

Corée du Sud : La pratique du pourboire n’existe pas en Corée du Sud. Pour ce qui est du service, il est parfois indiqué dans des restaurants un peu plus chics au bas de la carte que les tarifs des menus incluent 10% ou 15% de service. Il n’est donc pas non plus de mise de laisser un pourboire.

Japon: N’imaginez pas glisser un petit billet dans la main du serveur qui a été aimable durant tout le service. Les Japonais n’ont pas la culture du pourboire, tout simplement parce qu’ils estiment normal qu’un service soit rendu. En fait, cette récompense est perçue comme une insulte. Les employés dans les hôtels sont d’ailleurs formés pour répondre négativement à un pourboire. 

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s