Des mots qui disparaissent…

Les lignes qui suivent sont dues à la plume de Jean d’Ormesson…
Merci à l’ancien qui m’a envoyé ce texte…
…..

Objet : : LES MOTS QUI DISPARAISSENT
Il y a des mots, des expressions, qu’on n’entend plus ou qu’on emploie moins.
Ils arrivent exténués, à la fin du deuxième millénaire.
Le siècle qui vient risque de leur être fatal. Conservez-les, un jour viendra où on ne les trouvera plus dans aucun dictionnaire, si ce n’est du vieux français…
Quelques exemples:

INCULPATION
A été expurgé du Code Pénal au profit de « mise en examen ». Cela afin d’éviter une infamante présomption de culpabilité.
Être « en examen » ne présage pas du résultat de l’examen.
Aujourd’hui quand quelqu’un est MIS EN EXAMEN, on doit toujours insister sur le fait que cela ne préjuge pas de sa culpabilité ? Comme du temps où il aurait été « inculpé ».
INSTITUTEUR
Longtemps remplacé par « MAÎTRE D’ÉCOLE ». Il tend à disparaître par sa dissolution dans le concept fourre-tout de l’enseignement, au bénéfice de « PROFESSEUR des ÉCOLES »
MAÎTRESSE
Ne pas assimiler à la version féminine d’instituteur !
Ce serait une « professeure des écoles ». Les maris n’ont plus de maîtresse mais une « amie ».
Les épouses conservent parfois l’amant, mais seulement à cause de la connotation romantique: les moins romantiques n’ont qu’un ami aussi.
MORALE
A force d’être inemployée a disparu. Ne demeure que « ordre moral », mais attention : connoté de « fascisme »
Toutefois personne ne se réclame du « désordre moral ». La morale n’est plus enseignée, elle est remplacée par « éducation à la citoyenneté »
MOURANT
Il n’y a plus de mourant mais des malades en « phase terminale ».
Afin d’éviter une regrettable confusion ne dites pas à votre fils qu’il est en terminale mais qu’il va passer son bac !
Pour désigner un mort doit-on parler d’un individu « en phase terminée » ?
PATRIOTE
Totalement absent du vocabulaire politique et civique.
Désigne aussi un bon citoyen américain et un missile américain.
PAUVRE
N’existe plus. C’est un « défavorisé », un « plus défavorisé », un « exclus », un « S.D.F. » à la rigueur un « laissé pour compte ».
Dans l’année 80, il subsistait uniquement dans l’appellation « nouveau pauvre »; ce fut le chant du cygne.
PROVINCE
Dire « en RÉGION ». On ne dit plus du « provincial » mais du « RÉGIONAL ».
RACE
A été abolie au profit « d’appartenance ethnique ». Sinon, vous êtes raciste, fasciste, nauséabond,
On peut néanmoins dire « black » en anglais et en banlieue.
SERVANTE, … bonne
Se trouve dans les romans du XIX° siècle.
Aujourd’hui c’est une « employée de maison ».
Quand elle s’occupe de vieux – pardon de « personnes âgées » – elle devient « auxiliaire de vie ».
SÉQUESTRÉ
Aucun cadre, aucun chef d’entreprise n’est séquestré, il est « retenu contre son gré ».
VANDALE
a laissé place à « jeunes en colère » au « paysans en colère ».
L’ampleur des dégâts distingue les vandales des autres.
VOL
Terme réserve aux gagne-petit et aux obscurs.
Pour les politiques on parlera « d’enrichissement personnel ». Ce qui est condamné unanimement par les collègues contrairement à l’enrichissement impersonnel, qui, lui, ne bénéficie qu’au parti, mérite la compréhension, ce que les juges n’ont pas encore compris.
VOYOU
En voie d’extinction. On ne connaît que des individus « connus des services de polices », des « récidivistes », des Multi-délinquants ».

Jean d’ORMESSON

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nocturne des Coteaux de la Citadelle

CotCit Le 6 octobre 2018

Mesdames, Messieurs,

C’est avec grand plaisir que la nouvelle équipe du Comité scolaire vous convie à partager un moment de convivialité au sein de lEcole d’Hôtellerie et de Tourisme de la Ville de Liège, lors de la Nuit des Coteaux qui illumine le Cœur historique de notre ville.

Ce rendez-vous annuel vous offre par la même occasion l’opportunité d’appuyer notre a.s.b.l. à remplir ses missions, autrement dit à « donner un coup de pouce » à des élèves en difficulté financière de façon à faciliter leur scolarité.

Pour profiter de la fête, nous vous proposons diverses formules: plats traiteur et produits de boulangerie et pâtisserie à emporter, repas dans l’un des restaurants (Simenon et Foû Tchestè), en-cas à l’extérieur.

N’hésitez pas à vous aventurer dans les deux cours (n° 5 et 13 en Hors Château), à rencontrer la troupe théâtrale du Grandgousier et à prendre un verre avant de savourer l’une ou l’autre préparation créée par une équipe de bénévoles, professeurs et élèves réunis autour des mêmes objectifs. Nous vous rappelons qu’exceptionnellement, une fois par an, il n’est pas possible de réserver.

Vous remerciant vivement de l’intérêt que vous porterez à notre invitation,

Le comité scolaire:
Jean-Marie Goffin, Président;
Christian Klejniak, Trésorier;
Sigrid Amond et Catherine Casteleyn, co-Secrétaires

http://lanocturnedescoteaux.eu/

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Santé …!

J’ai retrouvé ces deux article postés en 2017 sur le défunt « Skynet Blog des Anciens » – comme la grosse majorité des lecteurs de ce blog ne sont plus des perdreaux de l’année ceci devrait les réconforter… ou pas ?

http://aaeehl.blogspot.com/2018/09/douleur-etmedoc.html

http://aaeehl.blogspot.com/2018/09/anosognosie.html

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

En Salle…

Alors que le rentrée vient d’avoir lieu à l’école d’Hôtellerie, il m’a semblé intéressant de publier à nouveau ces deux articles (de 2016) qui soulignent l’importance du service en salle… Au moment où les restaurateurs peinent à trouver du personnel qualifié et surtout motivé…

http://aaeehl.blogspot.com/2018/09/service-en-salle.html

http://aaeehl.blogspot.com/2018/09/en-salle.html

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Quoi de plus gourmand que le chocolat !

Dans son « traité des aliments » en 1702, Louis Lemery précise à propos du chocolat :
« Ses propriétés stimulantes sont propres à exciter les ardeurs de Vénus. »

On ne saurait être plus clair.
Et parmi les mets réputés propices aux joutes amoureuses, qui connurent surtout au XVIIIe siècle une grande vogue, le chocolat figure en bonne place.
Il est de tradition de tenir divers mets pour excitants : gibier, ris de veau, moelle, cervelles, huîtres, homard, écrevisses, caviar, truffes et épices chaudes (cannelle, poivre, piment, muscade, gingembre, clou de girofle), sans oublier l’ambre et le musc, aujourd’hui disparus de la table.

Il s’agit pour la plupart de mets de luxe que l’on prend plaisir à déguster en galante compagnie, plutôt que possédant des vertus secrètes. Néanmoins, la légende sur les vertus aphrodisiaques du chocolat, voyagea bien dans l’histoire.

Dès la période aztèque, le cacao a la réputation d’être un excitant sexuel. Il faut dire que la boisson préparée était très épicée avec du piment, du poivre, des clous de girofle.
On raconte au XVIIe siècle que les indigènes indiens s’enduisent les zones érogènes d’une bouillie de cacao pour que leurs baisers soient encore plus doux.

En 1624, un théologien fait paraître un écrit condamnant la consommation du chocolat dans les couvents, ce breuvage échauffant les esprits et les passions.

La grande période des courtisanes, du XVIIème au XVIIIème siècle, est propice à une forte consommation de chocolat. Dans son Traité des aliments en 1702, Louis Lemery précise au sujet du chocolat : « Ses propriétés stimulantes sont propres à exciter les ardeurs de Vénus. »

Madame du Barry ne manquait pas, dit on, de servir une bonne tasse de chocolat mousseux à ses amants.

Des gravures du XVIIe siècle ou estampes allemandes du XVIIIe, montrent souvent des scènes où on peut voir des couples dégustant du chocolat chaud.

Les dames de Marseille se souvinrent longtemps du bal sulfureux qu’organisa le marquis de Sade, qui eu la brillante idée de distribuer à foison des pastilles de chocolat fourrées à la cantharidine, un puissant alcaloïde congestionnant.

Madame de Pompadour, si on en croit les écrits de Mme de Hausset absorbait régulièrement des décilitres de chocolat ambré pour s’échauffer le sang, d’autant que Louis XV lui reprochait régulièrement d’être « froide ».

Aujourd’hui le terme d’aphrodisiaque n’est plus de mise, on parle plus volontiers, d’aliment tonique, de plaisir, de douceur, de volupté.. qui sont également des qualificatifs propres à l’amour….
Alors le chocolat, complice de l’amour ? certainement…

Mais longtemps mis sur le banc des accusés par les nutritionnistes, le chocolat noir retrouve ses lettres de noblesse grâce à de récentes études qui en vantent les vertus.

http://aaeehl.blogspot.com/2018/09/le-chocolat-noir-bon-pour-le-cur-et-les.html

En suivant ce lien, vous trouverez en bas de page l’annonce du proca-hain salon du chocolat à Paris du 31/10 au 4/11/2018

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Bon à savoir…

Les infos contenues dans l’article ci dessous datent de fin 2016 mais sont toujours d’actualité…

http://aaeehl.blogspot.com/2018/09/etiquetage-sur-les-fruits-important.html

Quant à cet article il fait partie de la foule de nouvelles « sensationnelles » qui fleurissent sur le net dont le contenu est souvent stupide, peu documenté voir farfelu…

http://aaeehl.blogspot.com/2018/09/aliments-dangereux.html

Bonne lecture !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Souvenirs…

Les beaux moments deviennent de beaux souvenirs; Les mauvais moments deviennent de belles leçons. (citation anonyme…)

Ces deux articles (liens) ont été publiés fin 2016 ; ils font appels aux souvenirs… Pour le premier il s’agit pour des anciens qui ont fait une belle carrière d’en parler un peu histoire de donner aux nouveaux « anciens » le goût de l’aventure, de la persévérance et du courage qui permet de réaliser de grandes choses…

http://aaeehl.blogspot.com/2018/09/souvenirs-davant-1980.html

Ce second article s’adresse à ceux qui se reconnaîtrons….

http://aaeehl.blogspot.com/2018/09/dix-etudiants-belges-en-stage-une-fois.html

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire