Etoiles…

On imagine toujours qu’un restaurant étoilé (Michelin pour ne pas le citer) doit être un endroit chic et un peu guindé… et pourtant… 

En Thaïlande, une cantine de rue vient d’obtenir une étoile au guide Michelin, à la plus grande surprise de sa cuisinière, Jay Fay.
https://www.francetvinfo.fr/culture/gastronomie/guide-michelin/thailande-une-cantine-de-rue-obtient-une-etoile-au-michelin_2710342.html

Et aussi en 2016

A Tokyo, Michelin donne une étoile à un restaurant de ramen

Un tout petit restaurant de Tokyo servant des ramen, plat japonais de nouilles dans un bouillon assorti de viande ou de poisson, vient de décrocher une étoile au Guide Michelin: une première mondiale pour cette spécialité.
Dans son édition 2016 dévoilée mardi, le Guide Michelin de Tokyo a accordé ce gage d’excellence à Tsuta — neuf couverts seulement — tandis que la mégapole japonaise reste la capitale mondiale de la gastronomie en nombre de restaurants étoilés.
http://blog.eating.be/2015/12/a-tokyo-les-nouilles-ramen-etoilees-par-michelin-pour-la-premiere-fois/

Si vous ne savez pas ce que sont les « ramen »… lisez ceci…

Les rāmen (ラーメン?, prononcé /ɾaːmeɴ/) sont des mets japonais constitués de pâtes dans un bouillon à base de poisson ou de viande et souvent assaisonnés au miso ou à la sauce soja, importés de Chine au début du XXe siècle.
D’origine chinoise, les rāmen (ラーメン/拉麺/老麺/柳麺?) tirent leur nom des la mian (chinois simplifié : 拉面 ; chinois traditionnel : 拉麺 ; pinyin : lā miàn ; littéralement : « nouille tirée »), pâtes de blé tirées à la main par le cuisinier, par la minorité musulmane Hui de Lanzhou dans la province du Gansu en Chine. Ce qui peut infirmé cela est que l’on a retrouve, en 2000, déjà des pates datant de 4000 ans sur les bords du fleuve jaune en CHINE au site archéologique de Lajia.
Le premier Japonais à avoir goûté aux rāmen serait Tokugawa Mitsukuni (1628-1701), seigneur du clan Mito, à l’époque d’Edo. Un lettré chinois en exil au Japon, Zhu Zhiyu (1600-1682), lui aurait présenté des nouilles composées de farine de blé tendre et de poudre de racine de lotus, une soupe de nouilles proche des udon. Cette variété de rāmen est encore commercialisée de nos jours sous l’appellation Mito-han rāmen (rāmen du clan Mito), dans la ville de Mito.
Les rāmen ont véritablement été importées au Japon au début du XXe siècle (ère Meiji) et sont maintenant considérées comme un plat japonais4.
La première boutique japonaise de rāmen semble avoir été située à Yokohama, grand port et lieu d’arrivée d’immigrants chinois5. Elle proposait une soupe de nouilles chinoises dans un bouillon, avec du rôti de porc, des pousses de bambou et un demi œuf dur3. Ces nouilles étaient appelés alors « soba chinoises » (中華そば, chūka soba), « soba de Chine » (支那蕎麦, Shina soba) ou « soba de Nankin ».
D’autres sources renvoient vers le restaurant Rairaiken (来々軒?) à Asakusa, qui avait embauché un chef du quartier chinois de Yokohama pour son ouverture en 19106. Il s’agissait alors de shio rāmen à base de sel, les Japonais y ajoutant plus tard leur sauce de soja, créant les shōyu rāmen qui se sont répandues dans l’archipel dans les années 19205. Dans les années 1930, les Chinois font connaître les rāmen dans d’autres régions du Japon, notamment à Sapporo (Hokkaido), (Fukushima) ou Kurume (Fukuoka).
Les rāmen deviennent un plat japonais populaire après la Seconde Guerre mondiale, via l’émergence de stands ambulants de rāmen, qui sont alors un plat chaud, économique et nourrissant3, la farine de blé utilisée pour les préparer étant plus facile à se procurer que le riz. En 1958, Nissin Foods lance les premières rāmen instantanées, puis en 1971 ses fameuses Cup Noodle, la réponse locale à McDonald’s qui s’implante la même année au Japon. Les rāmen locales (rāmen au miso de Sapporo ou tonkotsu rāmen de Hakata), jusque-là considérées comme des spécialités régionales, conquièrent le Japon à partir de 1965, en une décennie, sous forme Kitakata de ces nouilles instantanées ou grâce à l’ouverture d’enseignes franchisées.
Source: Wikipedia
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Smartphone ?

Le « smart phone » ou téléphone intelligent… A mon humble avis la capacité de cet engin est inversement proportionnelle au Q.I. de celui qui n’arrive pas à s’en passer…. mais bon faut faire avec !!!

Mblog1

Dans blog du quotidien « Le Monde » on pouvait lire

SAVOIR-VIVRE – Les règles à respecter pour utiliser son smartphone lors d’un dîner

Mblog2

L’usage des smartphones lors d’un dîner fait débat (Source : AFP / BRENDAN SMIALOWSKI)

Vous êtes tranquillement en train de dîner avec vos amis quand l’un d’entre eux regarde plus ou moins discrètement son téléphone portable. Agaçant ? Impoli ? Ou au contraire, normal ? Banal, certainement. Pour le Wall Street Journal, il est temps d’agir et de mettre en place un protocole qui pourrait s’intituler : « Du bon usage du smartphone lors d’un dîner ».
Best-of des 21 règles proposées par Jason Gay :
 Personne n’est autorisé à regarder son smartphone pendant le repas. Personne !
 Si un smartphone est posé sur la table, l’écran doit être placé côté nappe, où il peut être regardé fixement avec envie, mais jamais touché. Si le serveur demande de déplacer le téléphone pour poser un plat sur la table, son propriétaire peut le consulter pendant trente secondes.
 Seuls les parents avec des enfants en bas âge restés à la maison avec une baby-sitter sont autorisés à placer leur téléphone, écran visible, sur la table. L’enfant doit avoir moins de neuf ans et la baby-sitter doit avoir été libérée de prison récemment.
 Il est interdit d’instagrammer votre nourriture. Quoi, on n’est pas en 2012 !
 Si, lors de la conversation, une question qui peut être facilement résolue en utilisant Google se pose – par exemple, qui joue la femme de Woody Harrelson dans True Detective ? –, une personne autour de la table est autorisée à appeler le moteur de recherche au secours.
 Si quelqu’un prend un smartphone pour vous montrer des photos de lui en vacances en Ecosse en train de jouer du golf, vous êtes autorisé à regarder tranquillement un épisode de Game of Thrones.
 Un fan de sport pur et dur peut éventuellement vérifier le score des têtes d’affiche. Tout le monde est autorisé à aller sur TMZ.
 Vous avez le droit de regarder votre smartphone pendant le déjeuner. C’est le déjeuner. Qui s’en soucie ?
En France, on dénombre désormais plus de 24,1 millions de possesseurs de smartphones, soit 44,4 % de la population de 11 ans et plus, selon le baromètre trimestriel réalisé par la Mobile Marketing Association France, en partenariat avec comScore, GFK et Médiamétrie, publié en juin.
Et vous, bannissez-vous le smartphone de vos dîners ?

Vous trouverez aussi quelques réflexion à ce sujet sur l’article (lien ci-dessous)

« Culture » moderne

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ubu dans le cellier

Dans la série « N’importe quoi »... voir une nouvelle « avancée « scientifique »…. Donc il va falloir donner son ADN au sommelier qui, sur sa tablette ordinateur sélectionnera selon un algorithme sophistiqué ce qui accompagnera au mieux votre sole Meunière ou vos Boulets à la Liégeoise…

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/insolite/grâce-à-un-test-adn-vous-pourrez-savoir-quel-vin-est-fait-pour-vous/ar-AAvOh4G?li=AA523n&ocid=spartanntp

Je ne voudrais pas mettre en cause ces « scientifiques » à la noix mais pour ma part… le vin qui me convient c’est:

Celui qui flatte mon odorat,  qui enchante mes papilles et qui s’accorde avec mon portefeuille…

Quand à l’accord avec les mets… je fais appel à ma raison…

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Objets perdus…

Cet article avait déjà été publié sur l’ancien blog… mais il est tellement « craquant » que ça vaut la peine de le republier…

Si vous passez par Schipol… et que vous êtes « tête en l’air »….
Cet aéroport a un atout incroyable pour retrouver le propriétaire d’un objet perdu. Il suffisait d’ y penser :

cliquez sur le lien ci-dessous

https://www.youtube.com/embed/PkBxPJuuJOU

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La cuisine aux cuisiniers

Un billet d’humeur de Philippe Renard (73)

La cuisine aux cuisiniers…

N’en déplaise aux fabricants de l’industrie agroalimentaire, les cuisines de nos restaurants tant traditionnels que de collectivité sont envahies par le « prêt à porter culinaire ». Sous prétexte de facilité ou du coût trop élevé des charges professionnelles et de personnel, nous les con(sommateurs), devons supporter et ingurgiter le sirop balsamique au caramel sur toutes les assiettes, le gratin qui n’a de dauphinois que le nom indiqué sur le sac sous atmosphère acheté en grande surface spécialisée pour l’Horéca, les frites de chez Maque Chose soit disant coupées main, qu’on se demande même si il y a de la patate la dedans, les desserts et autres décorations venues directement d’un grossiste en produits surgelés qui pourra aussi livrer des petits pain et baguettes défiant toute concurrence avec le boulanger artisanal du coin…
Non, ce message ne se veut pas négatif car je connais quelques restaurateurs qui sont encore de vrais cuisiniers, qui bossent, qui font une mise en place d’enfer et qui après chaque service peuvent se regarder dans un miroir et dire à la Patronne : « Chérie, tu as vu les gens de la table 11 comme ils étaient heureux et légers en partant… »

Un autre article sur le devenir (?) de la cuisine trouvé sur Le Figaro

Si l’on suit le raisonnement de cet article… les écoles hôtelières de demain devraient plutôt ressembler à un atelier d’assemblage de la NASA.
Mais ne nous précipitons pas… je voudrais quand même voir un robot capable de préparer une « Poularde Demi-deuil » ou un « Tournedos Rossini »…
Ces machines peuvent préparer de la tambouille chinoise ordinaire sans doute… Mais de la cuisine élaborée… Je doute !!!
Pour le service… peut-être… on a bien remplacé l’employé de banque par une machine, idem aux caisses des supermarché et aux pompes à essence… Mais il manquera toujours, même à la machine la plus perfectionnée, la convivialité de l’être humain, son sourire et son sens de l’hospitalité et du service que l’on vient chercher au restaurant en plus du repas !

La seconde partie est encore plus « zinzin »… j’attends de voir le jour où un de ces engins subira un avarie et tombera sur la cafetière des passants… Je vois déjà les titres: « Attaqué par un pizza volante »!!!

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/08/18/01007-20140818ARTFIG00165-les-robots-nouveaux-cuistots-de-la-restauration.php

 

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Souvenir maritime…

leopoldville52

Je pense que bon nombre d’anciens (avant les années 70) ont fait un bout de carrière sur les malles congolaises de la CMB (les « Villeboot » comme on les appelait communément.

Ce dernier symbole de l’épopée maritime de la Belgique et du son glorieux passé de constructeur naval est parti aux oubliettes… Dommage !

  http://www.rtbf.be/info/etcetera/detail_l-agonie-du-paquebot-belge-de-tintin-au-congo?id=7900159

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La caféine…

Nous sommes nombreux à en consommer chaque jour, mais que savons-nous vraiment sur la caféine?

Lien : http://www.huffingtonpost.fr/2013/08/28/cafeine-sante-effets-savoir-cafe_n_3824694.html

cafeine

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire