Chocolat

Les élèves qui ont eu cours avec Mme François dans les années 60 et avant se souviendront peut être qu’elle expliquait dans son cours de technologie alimentaire que le cacao contenait de la théobromine(1) qu’elle traduisait par « nourriture des dieux  »

PÂQUES – Même si l’on est à nouveau face à de strictes mesures restrictives pour endiguer le Covid-19, l’heure de faire l’impasse sur le chocolat n’arrivera pas. Au contraire, cette année peut-être plus encore que les autres, il fera bon d’engloutir de délicieux chocolats en ce dimanche 4 avril, jour de Pâques. Car les bienfaits de sa consommation sont toujours d’actualité.

Stimulation du cerveau et de la mémoire, ou encore diminution du risque de dépression, sont autant de phénomènes qui ont été démontrés par des études scientifiques.

En mai 2016, des chercheurs des universités d’Adélaïde, en Australie, du Maine, aux États-Unis et de l’Institut de santé du Luxembourg ont montré dans une étude publiée dans la revue Appetite que la consommation hebdomadaire (au moins une fois) de chocolat était associée à de meilleures performances cognitives.

Environ 1000 personnes ont été interrogées dans les années 70 sur leurs habitudes alimentaires, et donc leur consommation de chocolat. Entre 2001 et 2006, les chercheurs ont analysé les données. Résultat, ceux qui mangeaient du chocolat au moins une fois par semaine réussissaient mieux les tests cognitifs que les autres. Parmi les capacités intellectuelles observées, la mémoire visuelle ou encore le raisonnement.

Meilleure mémoire

Pour ces scientifiques, c’est grâce aux flavonoïdes présents dans le cacao que ce lien entre chocolat et capacités cognitives peut être expliqué. On retrouve ces molécules dans le café ou le thé. Ce n’est pas précisé dans l’étude mais plus le chocolat est fort en cacao, plus il est riche de cette molécule, c’est donc le chocolat noir qu’il faut privilégier.

Dans la même veine, des chercheurs se sont penchés spécifiquement sur le lien entre chocolat et mémoire. Publiée dans la revue Nature en 2014, cette étude montre qu’ici aussi, ce sont les flavonoïdes qui entrent en compte. Ici, l’un des deux groupes de participants âgés de 50 à 69 ans a bu pendant trois mois une solution concentrée en flavanol. À la fin de la période de test, l’afflux sanguin augmentait fortement dans une partie du cerveau liée au déclin de la mémoire: le gyrus denté. Ce qui signifie, pour Scott Small, l’un des auteurs de l’étude, que “si un participant avait une mémoire d’un sexagénaire au début du test, après trois mois, cette même personne retrouvait une mémoire de quelqu’un âgé entre 30 et 40 ans”. Ne vous réjouissez pas trop vite cependant: la boisson ingurgitée par les participants correspond à l’équivalent de quatre tablettes et demie de chocolat.

Santé mentale

Autre étude, autre effet positif. Publiée en août 2019 dans la revue Depression and Anxiety, celle-ci démontre que le risque de dépression est diminué par la consommation de chocolat noir. Des scientifiques canadiens et anglais, de l’University College de Londres, ont analysé la consommation de chocolat de plus de 13.000 Américains. Leur conclusion est que les personnes mangeant régulièrement du chocolat noir avaient 70% de moins de risques d’être touchés par la dépression. D’autres facteurs, comme le tabagisme, l’activité physique, le poids, etc., ont été pris en compte pour s’assurer qu’ils n’avaient pas d’impact sur les symptômes dépressifs.

Reste néanmoins que d’autres études seront nécessaires pour confirmer ce lien. Comme l’indique l’autrice principale de cette étude, Sarah Jackson, “il se peut que la dépression pousse les gens à perdre leur intérêt pour le chocolat, ou que d’autres facteurs rendent les gens moins susceptibles de manger du chocolat noir et d’être déprimés”.

Maladies cardiovasculaires

Les bienfaits du chocolat ne se limitent pas au cerveau. Certains chercheurs ont par exemple démontré une corrélation entre sa consommation et la réduction de maladies cardiovasculaires. L’étude, publiée dans la revue Heart (BJM) en 2018. Après observation de la consommation de chocolat de 25.000 Anglais, les chercheurs ont observé un lien entre celle-ci et le fait d’être moins touché par des maladies cardiovasculaires. Mais, parce qu’il y a souvent un mais, il ne s’agit que d’une corrélation et pas d’un lien de cause à effet. D’autres facteurs comme l’âge ou la pratique sportive pourraient expliquer cette moindre propension à développer une maladie cardiovasculaire, comme le souligne Sciences et Avenir.

Enfin, attention toutefois. Si le chocolat a des vertus, il ne faut, pour autant, pas en abuser. Outre le cacao, il ne faut pas oublier que le chocolat est un produit sucré. À ce titre, on peut le savourer, mais avec modération.

Pâques: Les bienfaits du chocolat sur votre santé mentale et physique, selon la science | Le Huffington Post LIFE

(1) La théobromine (C7H8N4O2) est un composé amer de la famille des méthylxanthines, qui comprend aussi des composés similaires comme la caféine ou la théophylline.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Si le hoquet m’était conté !

Ceci n’est pas un poisson d’avril mais il peut en être la conséquence… Si ça vous prend… voici quelques conseils…

Le phénomène est banal, incontrôlable, gênant, mais indolore, généralement bénin et vraiment pas sexy. il touche sans exception chacun d’entre nous un jour ou l’autre, sans prévenir et s’attaquerait de préférence aux hommes, sans que l’on sache pourquoi. comment s’en débarrasser ? voilà le hic ! Par Christine Mouez-Gojon – Actives Magazine – Jan 2013

Le hoquet n’est pas une maladie. En revanche, s’il se fait persistant, voire chronique, il peut être le révélateur de certaines pathologies plus sérieuses qui justifient une consultation médicale pour mettre en place un diagnostic précis. Même s’il ne dure pas longtemps, dans certaines circonstances, il fait frôler le ridicule à sa victime stressée, qui ne peut plus maîtriser ces contractions respiratoires, ni s’exprimer sans éructer à rythme régulier, en émettant un bruit guttural irrépressible dû au passage de l’air dans la glotte. Surtout pas de panique, o.k.?

Des causes indéterminées

Ces contractions spasmodiques, soudaines et brutales seraient provoquées par une distension de l’estomac rempli d’air ou de liquide. Il se dilate et provoque des irritations au nerf phrénique, au diaphragme et par voie de conséquence aux muscles intercostaux. Les causes du hoquet ne sont pas vraiment identifiées. On remarque qu’il cesse aussi vite qu’il se déclenche et qu’il peut durer de quelques minutes à quelques heures. Il survient souvent à l’issue d’un repas trop copieux, ou ingurgité trop rapidement. On évoque l’incidence «psy» d’une émotion forte, d’un fou rire…. Aussi, d’origine aérophagique ou après l’absorption d’aliments épicés, de boissons très froides ou très chaudes, gazeuses ou alcoolisées… On associe souvent le hoquet à un reflux gastro oesophagien (les remontées de suc digestif) sans que l’on sache s’il en est la cause ou la conséquence. Bref, il ne manque pas d’air ce hoquet intempestif!

Hoquet Pervers

Le hoquet réfractaire peut perdurer des mois. Il entraine une fatigue extrême et une perte de poids car sa permanence empêche de se nourrir dans des conditions normales. Il est épuisant aussi bien physiquement que nerveusement. S’il s’installe, il doit alerter car ce symptôme peut cacher des maladies abdominales (colite, hernie, pancréatite…), thoraciques (pleurésie, péricardite…), cérébrales… Retenez qu’il faut s’inquiéter et se méfier d’un hoquet que s’il dure au-delà de 48 heures. Dans la très grande majorité des cas, le trouble s’arrête spontanément. Ouf! Le hoquet est K.O.

Le hoquet n’est pas un jeu

Pour le calmer, Les recettes sont aussi connues qu’aléatoires. Si vous êtes une récidiviste, évitez les chewing-gums, les clopes, les mojitos en excès et ne baillez pas trop aux corneilles… Oubliez tout ce qui vous fait prendre l’air ! En préventif, on conseille l’association de granules homéopathiques à visée digestive, et d’oligo-éléments comme le phosphore et le magnésium. En phytothérapie, lâchez-vous sur les plantes sédatives du genre mélisse, bigaradier ou ballotte.

Les remèdes empiriques, dits «de bonne femme», sont nombreux. Vous pouvez demander à votre voisin de vous faire peur… Je ne vous dis pas la surprise ! De vous glisser sa clé dans le dos (déstabilisant, mais prometteur)… Pincez-vous l’auriculaire, fort, fort, pour un «aie !» salvateur. Ça peut marcher! Buvez à l’envers (vous serez l’attraction !). Demandez un morceau de sucre et imbibez-le de vinaigre. Pas bon, mais ça surprend. Mettez-vous en apnée… Mangez une croûte de pain… Désaltérez-vous d’un verre d’eau dans lequel vous avez trempé une cuillère métallique…

Dans un registre acrobatique et fantaisiste : respirez dans un sac pour faire de l’hyper ventilation. Posez un sac de glace sur votre diaphragme ou sur la pomme d’Adam. Couchez-vous sur le ventre et prenez de grandes respirations profondes et rapides. Vous pouvez tirer sur votre langue, sucer un glaçon… Et prendre votre mal en patience. •

Cet article a déjà paru dans le TRADITION de Sept/Oct 2016

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Carbonatation de la bière;

Clarifiez vos principaux doutes sur la carbonatation de la bière

Serge Devos (78), Cadre chez Air Liquide a publié ce post très intéressant sur la carbonatation de la bière – L’article original se trouve en bas de page. Attention c’est en portugais !

Avant d’arriver dans la cave à bière et d’aller à la table du client, la bière passe par plusieurs processus. L’un d’eux est appelé carbonatation de la bière, ce qui garantit que la boisson a acquis et conserve ses principales caractéristiques de la fabrication à la dégustation.

Comme la carbonatation nécessite des volumes adéquats pour chaque type de bière, il est nécessaire que le brasseur soit bien informé. C’est dans cet esprit qu’Air Liquide a préparé un matériel avec les principales informations sur le processus. Continuez à lire et apprenez-en plus!

Qu’est-ce que la carbonatation de la bière?

La carbonatation de la bière est un processus naturel – mais elle peut aussi être provoquée par l’homme – pour assurer la qualité de la boisson offerte. Il assure une quantité spécifique de gaz pour chaque style, fournissantses caractéristiques.

Une partie du CO2 se forme pendant la fermentation. Cependant, un volume supplémentaire de gaz est nécessaire avant le vain, qui peut être plus grand ou inférieur selon le style de la bière. Ainsi, la carbonatation fait prendre la boisson sur ses caractéristiques telles que la saveur, la texture, l’odeur, la couleur et la luminosité.

Comme la carbonatation est l’un des facteurs qui influencent la formation de bulles et de mousse de bière, ses effets se font sentir dans la sensation bouillonnante dans la bouche. Plus de boissons gazeuses peuvent également être perçues par la perception de picância.

Comment la carbonatation de la bière se produit-elle?

La carbonatation est un processus chimique causé par la dissolution du dioxyde de carbone (CO2) dans l’eau (H2O). Lorsque le CO2 pétillant dans le liquide, forme de l’acide carbonique (H2CO3). En se décomposant, il récupère le dioxyde de carbone et l’eau.

Ce processus doit se faire avec soin, car le volume insuffisant de carbonatation est capable d’apporter de graves problèmes : la bouteille peut exploser sous pression.

En plus du volume, la température de la boisson fait toute la différence dans la carbonatation, parce que la solubilité du CO2 abaisse avec l’augmentation de la température.

Dans la carbonatation naturelle, la température devrait être plus élevée pour assurer l’activité des levures. Dans la carbonatation forcée, l’idéal est de maintenir la température très basse pour augmenter la solubilité du gaz.

Quelles sont les principales techniques de carbonatation de la bière?

La carbonatation de la bière peut se faire naturellement, par fermentation ou artificiellement, par injection pure de CO2. Ces techniques sont appelées amorçage et carbonatation forcée. En savoir plus à leur sujet.

Amorçage

L’amorçage est la forme simple de carbonatation de la bière, et peut être effectué dans un seau ou directement dans la bouteille. Dans cette méthode, le brasseur ajoute des sucres fermentescibles au liquide, qui peut être :

  • cassonade;
  • extrait de malt;
  • miel;
  • saccharose;
  • sirop de maïs.

L’ajout de sucre peut être effectué directement, ou après dissolution dans l’eau et l’ébullition. Ici, le secret est de couler quelques gouttes de citron pour éviter la contamination du processus. La fermentation du glucose entraîne la formation d’éthanol, d’alcool de bière et de dioxyde de carbone, ce qui carbonise la boisson.

Les bières plates à faible teneur en carbone transportent en moyenne 4 grammes de sucre par litre. Ceux de carbonatation moyenne, entre 5 et 6 grammes. Une carbonatation élevée, d’autre part, nécessitent 7 à 8 grammes/litre.

 Carbonatation forcée

La carbonatation forcée est plus compliquée car elle oblige le brasseur à utiliser un injecteur de pression. Ainsi, au lieu de travailler avec l’action des sucres fermentescibles, le CO2 est ajouté artificiellement au moyen de l’équipement suivant :

  • un fût pour stocker la bière, qui est capable de résister à la pression du processus;
  • un cylindre de dioxyde de carbone pour ajouter le CO2;
  • un manomètre pour mesurer la pression exacte, fondamentale pour éviter les défaillances et agir dans la prévention des accidents.

La manette des gaz doit être ajustée au volume final de CO2 vous voulez obtenir selon le style de la bière.

Comment corriger les erreurs dans le processus de carbonatation?

Il n’y a pratiquement pas d’erreurs dans la carbonatation forcée. Il suffit d’ajuster la pression de gaz pour placer la quantité désirée de CO2.

Lors de l’amorçage, il est nécessaire d’étudier l’origine des problèmes. Si la carbonatation n’a pas atteint les niveaux souhaités, elle peut avoir manqué de sucre, ou la température est basse. Dans ce cas, la procédure doit être effectuée à nouveau, à des températures supérieures à 20 degrés, et attendre un peu plus longtemps – ce temps d’attente peut durer jusqu’à 2 semaines.

Si vous avez utilisé suffisamment de sucre, essayez de retouner et de redresser les bouteilles[1]. L’objectif est de secouer les levures qui ont déjà décanté.

Mais si vous avez utilisé trop de sucre, il suffit de mettre la boisson dans le réfrigérateur. Lorsque la température a baissé, ouvrez légèrement le couvercle afin que l’excès de gaz puisse s’évaporer.

Si vous ouvrez la bouteille de bière et les fuites de liquide, il est également indicatif de problèmes de carbonatation. Pour le résoudre, vous devez jeter toute cette production dans un seau et attendre que tout le gaz s’évapore. Ensuite, il est nécessaire de le laisser au réfrigérateur pour abaisser la température et enfin faire l’ajout de sucre à nouveau.

Le risque d’explosion de la bouteille, que nous avons mentionné précédemment, se produit avec un excès de CO2. Pour éviter, vous devez suivre les recommandations du volume idéal pour chaque style de bière. Si vous voulez produire une bière plus gazéifié, rangez les bouteilles dans un endroit sûr.

Comment reconnaître les niveaux de carbonatation?

Pour chaque style de bière, il y a un niveau différent de carbonatation. Dans l’ensemble, le volume moyen de CO2 entre 2,2 et 2,7. C’est-à-dire 2,2 ou 2,7 litres de CO2 pour chaque litre de bière. Pour faciliter votre travail, nous vous avons apporté une liste de la bonne quantité pour les styles de boissons les plus populaires:

  • Ales américaines: 2,2 – 2,7 volumes;
  • Bières belges: 1,9 – 2,4 volumes;
  • Ales anglaises: 1.5 – 2.0 volumes ;
  • bières de blé : 3,3 à 4,5 volumes;
  • lagers: 2,2 – 2,7 volumes;
  • lambics aux fruits: 3,0 – 4,5 volumes;
  • lambics: 2,4 – 2,8 volumes;
  • porter et stout: 1.7 – 2.3 volumes.

Comme vous l’avez noté dans ce texte, la carbonatation de la bière est un processus nécessaire pour assurer la qualité de la boisson, en préservant ses principales caractéristiques.

Que ce soit pour devenir un maître brasseur, ou dans votre bar ou brasserie,toutes les bières commercialisées doivent passer par le processus. Cependant, faites-le très soigneusement pour la conservation de ses propriétés et pour la sécurité. En ce sens, avoir l’aide d’une entreprise qui offre des solutions pour les brasseurs assure un résultat encore plus satisfaisant dans la carbonatation de la bière.

Esclareça as suas principais dúvidas sobre carbonatação de cerveja (airliquide.com.br)


[1] Comme pour le remuage des bouteilles de mousseux

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Haro sur la langue française !

« L’orthographe est de respect ; c’est une sorte de politesse. »
– Alain Essayiste et philosophe français


Lorsqu’on lit un peu les commentaires sur les réseaux « sociaux » on s’aperçoit que l’orthographe (surtout les accords) n’est pas la priorité des facebookeurs et autres twitteurs…
Alors
, voici qui pourrait les aider
La « réforme » de l’orthographe expliquée en 10 points – Orthographe et Projet Voltaire (projet-voltaire.fr)

Un peu d’étymologie
La réforme de l’orthographe imposée prévoit de simplifier la langue française.
Ainsi, le « ph » de « pharmacie » sera remplacé par un « f » pour donner « farmacie » ; « orthographe » s’écrira « ortografe » et « analphabète » deviendra « analfabète ».
Or, chaque mot prend son sens dans ses racines : ainsi le mot « analphabète » est issu des deux premières lettres de l’alphabet Grec, « alpha » et « beta »“ précédées du préfixe « a » privatif qui lui donnent son sens originel, à savoir: « qui ne connaît pas les lettres », donc qui ne sait ni lire, ni écrire.
Si désormais on écrit « analfabète », c’est totalement différent, et il faut revoir l’étymologie du mot et par conséquent, son sens.
Donc, « analfabète » est issu de: « anal »: qui a rapport à l’anus, « fa »: la quatrième note de la gamme, – « bète »: personne un peu sotte.
Un « analfabète est donc un con qui fait de la musique avec son trou de balle !
A ne pas confondre avec les « trous du cul » qui pondent des réformes à la cons…!
Ai-je bien résumé le problème?

Mais ce n’est pas tout ce qui menace la langue française… il y a l’écriture inclusive !!!

Une « écriture excluante » qui « s’impose par la propagande » : 32 linguistes listent les défauts de l’écriture inclusive (marianne.net)

« L’orthographe est le cricket des Français. Le cricket et l’orthographe ont en commun d’être incompréhensibles aux étrangers, sans parler des indigènes. »
Alain Schifres

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Communiqué de l’Ecole d’Hôtellerie & de Tourisme de la Ville de Liège

Madame,
Mademoiselle,
Monsieur,

Vous trouverez, en attaché, le menu traiteur de la 7 P traiteur (25.03.2021).

Cours 7P Traiteurs pour le 25/03/2021

Pour l’organisation des futures semaines, pourriez-vous me communiquer :

NOM……………………………….PRENOM…………………………………………….TEL……………………………………..

MAIL…………………………………………………..

Adresse de réservation….CA_hotellerie@ehtliege.be

  • Velouté de lentilles corail, menthe et coriandre. 4€/L
  • Croquette de poissons aux herbes 2€/pc
  • Mini brochettes de volaille sauce saté, riz sauvage et légumes glacés. 7€
  • Navarin d’agneau, pommes de terre tournées et petits légumes. 8€
  • Charlotte au café et chocolat.  2€

Les plats seront disponibles entre 15h00 et 16h00 au bâtiment principal.

Réservation uniquement via le mail : ca_hotellerie@ehtliege.be

Bien cordialement,

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le chemin de croix de l’Horeca

Cet article paru dans Trends (Le Vif) a un titre évocateur… juste avant Pâques, espérons qu’il sera suivi d’une résurrection….

L’Horeca, son chemin de croix et les non-dits

Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.

Sauf à vivre sur la planète Mars, chacun sait en Belgique que le secteur de l’HORECA est à l’agonie. Mais dans leur combat, les restaurateurs et les cafetiers viennent de recevoir une aide symbolique appréciable.
Seize 16 patrons de très belles sociétés viennent de signer collectivement une lettre ouverte à nos gouvernants pour les inciter à avoir de la clarté sur l’ouverture de l’HORECA. En gros, ils disent arrêtez de nous dire que le secteur HORECA pourra peut-être ouvrir le 1er mai. Ces 16 patrons veulent une date fixe et des étapes ou des phases claires pour cette réouverture, sans quoi avec l’approche des beaux jours, les citoyens organiseront leurs propres apéros. Et les règles sanitaires ne seront quand même pas respectées…

Parmi les signataires, on retrouver le patron de Spadel, autrement dit, l’eau minérale SPA, Michel Moortgat de la brasserie Duvel, le patron de la chaine Exki ou encore la nouvelle patronne du Pain Quotidien. Je rappelle que le patron mondial de Danone a été licencié le weekend dernier, entre autres, parce que sa société vendait moins d’eaux minérales en raison de la fermeture des restaurants et cafés.

Le drame dans ce combat de l’HORECA, c’est que c’est surtout un parti qui les soutient. Je ne dis pas que les autres sont muets, mais ils ne sont pas non plus en première ligne dans la défense de l’HORECA car (ils ne le diront pas aussi brutalement que moi) ce n’est pas leur électorat.

Et puis, il y a cette ritournelle contre la différence des aides entre le nord et le sud du pays. C’est vrai que les restaurateurs paient le même impôt et les mêmes charges sociales au niveau fédéral qu’en Flandre, mais voilà au niveau des aides, c’est le grand écart. Des aides qu’on devrait plutôt appeler indemnités car les restaurateurs n’ont pas demandé à être fermés. Au niveau de ces indemnités régionales, clairement la Wallonie et Bruxelles sont moins généreuses que la Flandre.

Là encore, ce n’est pas anecdotique, les acteurs du terrain, en ce moment même le savent bien: la crise profite aux plus nantis. Des acteurs importants en Flandre sont en train de lorgner sur les plus belles brasseries de Bruxelles et de Wallonie pour les racheter à vil prix… Est-ce une concurrence déloyale ? Pas nécessairement. Même si ce n’est pas agréable à entendre, on pourrait aussi en conclure que la Flandre a depuis des décennies été mieux gérée que les deux autres régions francophones. Et donc, comme en Allemagne, en cas de crise, il y a davantage de moyens à disposition des citoyens.

L’autre drame de l’HORECA, c’est que c’est un secteur qui n’a jamais été aimé des banquiers en raison de son taux de faillite. Il n’y a donc aucune compréhension à attendre de ce côté-là sauf une écoute symbolique. Quand j’entends certains dire qu’il faudrait boycotter telle banque, je sais – hélas – que toutes les banques ne demandent pas mieux que de ne pas avoir d’entreprises de l’HORECA dans leur portefeuille. Et comme en plus, le secteur tarde à ouvrir, les jeunes se détournent de la profession, et la pénurie de main-d’oeuvre n’est pas à exclure le jour de l’ouverture… Espérons que l’appel au secours de ces lieux de plaisir et de partage sera enfin entendu.

https://trends.levif.be/economie/entreprises/l-horeca-son-chemin-de-croix-et-les-non-dits/article-opinion-1405475.html

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Zarzuela..

Etant donné que nos gouvernants vont encore nous empêcher de voyager, voici 2 recettes pour faire voyager vos papilles… A déguster au son d’une musique adaptée…Zarzuela p.ex. facile à trouver sur Youtube…

La zarzuela est un genre musical que l’on pourrait associer à l’opérette par sa manière teintée d’un brin d’humour et avec un soupçon de drame sentimental. Le caractère de mosaïque, de genre varié est peut-être ce qu’il y a en commun avec la Zarzuela de poisson, un plat très apprécié en Catalogne qui consiste en un ensemble de poisson et de crustacé qui se mijote dans un plat en terre cuite large et peu profond.
Le choix des poissons peut varier selon les goûts et les possibilités économiques. Ce plat était très populaire dans les restaurants proches des quais du port de Barcelone.

Zarzuzela de pescado
(4 – 6 personnes)

  • 400 g. de lotte (en darne de 100 g.)
  • 400g de mérou ou bar (en darne de 100 g.)
  • 400 g. de merlu ou autre poisson gras (en darne de 100 g.)
  • 500g ; de calamar détaillé en anneaux fins
  • 4 grosses crevettes ou gambas
  • 4 écrevisses
  • 16 moules (grosses) déjà ouvertes à la vapeur
  • 300 gr d’oignons hachés
  • 3 tomates pelées, épépinée et détaillées en dés
  • 2 dents d’ail
  • 4 brins de persil
  • 6 amandes
  • 2 galettes « Maria » (galette bretonne)
  • 4 dl de fonds de poisson
  • 0,6 dl de Cognac
  • 1 dl de vin blanc sec
  • 2 dl d’huile d’olive
  • Farine pour paner
  • Sel et poivre

Assaisonner de sel et poivre le poisson et les calamars et ensuite fariner
Chauffer l’huile dans une poêle et frire les amandes ; les retirer et réserver
Dans cette huile, frire les écrevisses et les crevettes et ensuite déposer dans une caquelon en terre cuite large et peu profond.
Frire ensuite les calamars et dès qu’ils sont dorés mettre dans le caquelon
Frire ensuite les poissons et ajouter dans le caquelon.
Faire sauter rapidement les oignons et dès qu’ils commencent à colorer, ajouter les tomates ; frire à feu vif et ensuite ajouter le vin blanc et le cognac
Laisser réduire fortement puis ajouter le fonds de poisson, saler. Laisser bouillir quelques minutes et verser dans le caquelon.
Piler au mortier le persil, l’ail et ensuite les amandes frites. Ajouter ensuite les biscuits et piler jusqu’à l’obtention d’une pâte fine ; y ajouter un peu de jus du caquelon et verser ensuite cette purée sur le poisson et les crustacés.
Rectifier l’assaisonnement si nécessaire et mettre au à 200° le caquelon couvert durant 10 minutes puis découvrir et laisser encore 5 minute
Servir très chaud.

Romesco de pescado
4 personnes

La côte tarragonnaise jouit de l’honneur d’être le berceau du « Romesco » ; un terme qui fait référence tant à la très connue sauce aussi bien qu’à la manière très particulière de condimenter la famille de cette famille de plats. Son élaboration étend ses nuances spécifiques à toute la région.
L’ingrédient de base étant le « pebrot de romesco », un piment mûr de type « ñora » qui est exceptionnellement doux, suave mais présente un registre d’arômes étendu.
L’exubérant romesco a même généré autour de son origine lointaine, de nombreuses légendes au contenu magique…

  • 4 petites darnes de merlu
  • 4 petites darnes de lotte
  • 4 grosses crevettes
  • 4 grosses gambas
  • 4 petites seiches nettoyées et détaillées
  • 400 g. de crabe de mer, bien lavé et égoutté
  • 2 piments secs (romesco)
  • 200 g ; tomates bien mûres, pelée, épépinée et détaillées
  • 150 g. d’oignon haché
  • 8 dents d’ail pelées et hachées
  • 16 amandes
  • 8 noisettes
  • 1 tranche de pain (15 g.)
  • 2 dl d’huile d’olive
  • sel

Faire chauffer une demi-tasse d’huile dans le poêle et y frire les crabes, les retirer et réserver.
Dans cette même huile frire les tomates, l’oignon et la moitié de d’ail durant 15 minutes à feu doux.
Mettre à chauffer dans une casserole un demi-litre d’eau. Piler un peu les crabes au mortier et les verser dans la casserole, y ajouter également le sofrito. Couvrir et laisser cuire à feu doux durant 25 minutes.
Ensuite passer ce « fonds » au chinois et réserver.
Mettre dans une poêle le restant de l’huile et frire séparément la tranche de pain, les piments secs (attention à ne pas laisser brûler), les amandes et les noisettes et l’ail pour terminer.
Piler au mortier dans le même ordre, jusqu’à obtenir une pâte fine et homogène.
Bien huiler un caquelon en terre, large et peu profond, y faire sauter légèrement les seiches et verser ensuite la purée du mortier.
Ajouter un peu de fonds de crabe et cuire la sèche durant 15 minutes. Ajouter ensuite le reste des poissons et des crustacés. Vérifier l’assaisonnement.
Couvrir avec le restant du fonds et mettre à cuire à feu très doux durant 10 minutes
Servir dans le caquelon.

ps: Le palais de la Zarzuela est la résidence officielle de Roi d’Espagne.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Communiqué de l’Ecole d’Hôtellerie & de Tourisme de la Ville de Liège

Madame,
Mademoiselle,
Monsieur,

Vous trouverez, ci-dessous le menu traiteur de la 7 P traiteur (18.03.2021).

Réservation uniquement via le mail

Pour l’organisation des futures semaines, pourriez-vous me communiquer :

NOM……………………………….PRENOM…………………………………………….TEL……………………………………..

MAIL…………………………………………………..

Adresse de réservation….CA_hotellerie@ehtliege.be

  • Velouté aux poireaux. 4€/L
  • Acras de crevettes créoles, sauce aigre douce. 4€
  • Rôti de porc laqué au miel, sauce moutarde à l’ancienne, pommes de terre suédoise, poire aux épices et muffins de légumes. 6€
  • Ravioles de sébaste, crème de betterave au riesling, tagliatelles de légumes .7€
  • Roulé au cacao, ganache montée à la vanille, confit de griottes et tonka. 2,00€

Les plats seront disponibles entre 15h00 et 16h00 au bâtiment principal.

Bien cordialement,

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Demande d’un ancien…

Un blog ça sert aussi à faire passer des informations….

Chers amis,
SVP partagez sur facebook et pourquoi pas achetez « Les recettes du bonheur »
Merci
Cordialement ROBERT DEDOUAIRE (70)
« Le Vieux Hêtre » à Jalhay

De : Cynthia Grodent [mailto:cynthia.grodent@hotmail.com]
Objet : Dossier de presse

Bonjour,
Je m’appelle Cynthia Grodent et aujourd’hui j’ai besoin de vous.
Nous connaissons tous, de près ou de loin, une personne touchée par le cancer du sein.
Rien qu’aujourd’hui plus de 30 personnes en Belgique entendront ces mots bouleversants « vous avez le cancer du sein ».
Il est temps de réagir et d’éradiquer cette maladie, le 1er cancer le plus fréquent en Belgique.
Vous recevez sans doute des milliers de demandes de parler de différents sujets.
Je n’ai que vous, que ma parole, que ce texte pour vous demander de vous engager dans notre cause et de rédiger un rédactionnel concernant les « Ladies Against Cancer », quatre nanas qui se battent pour apporter un financement aux recherches du Professeur Guy Jerusalem, chef du service d’oncologie médicale au CHU de Liège.
Si notre démarche vous intéresse, si vous voulez vous battre à nos cotés contre cette maladie redoutable, contactez-moi via l’adresse email ladiesagainsrcancer@gmail.com ou au 0493/55 80 52.
Personne n’est à l’abri.
Nous comptons sur vous.

Cynthia Grodent
Membre des Ladies Against Cancer
Email : ladiesagainstcancer@gmail.com
Tel : 0493/55 80 52

Agathe Verlegh
Présidente des Ladies Against Cancer
Email : aspgshop@gmail.com
Tel : 0476/41 85 94

Jacquelin Adam
et Stéphanie Fransolet.

En soutien à la Fondation Léon Fredericq

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tradition Mars Avril 2021

Chères « Anciennes », Chers « Anciens »,
Vous trouverez, en pièce jointe le numéro de Mars Avril de TRADITION – (lien en bas de page)
C’est donc via ce blog que vous trouverez des nouvelles de votre école et des Anciens… et bien entendu vous pouvez, par ce canal nous donner de vos nouvelles… à l’adresse:(aaeehl@gmail.com)
N’oubliez pas que vous pouvez recevoir la version complète (papier ou pdf) en devenant membre de l’Association des Anciens.(info et n° compte page 1).

Sommaire

Le mot du Président 2
Souvenirs de l’Ecole 2 – 10
Les échos 6
Votre courrier 7
De nos Anciens 9 – 13
Revue de Presse 16
Humour 17

Page 13 Philippe Renard (73) fraîchement retraité, nous présente son nouveau livre.et la maquette de cet ouvrage est accessible en suivant le lien ci-dessous

Tu f’ras cuistot gamin… | TRADITION la revue des ANCIENS de EHT Liège (wordpress.com)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire