Futurs diplômés…

Bientôt une nouvelle « fournée » de diplômés va quitter l’école !
Ca me fait penser à ce que Jean Charlier (45) disait à ces élèves qui venaient d’obtenir leur diplôme :
Vous venez de terminer avec fruit votre scolarité mais… dites-vous bien que vous ne savez encore rien ! Il vous reste tout à apprendre de ces métiers difficiles que sont ceux de l’hôtellerie et pour cela il n’y a qu’une voie, des stages dans de bonnes maisons où l’on vous apprendra la rigueur dans la pratique et aussi quelques « trucs » qui vous servirons plus tard !

Un de nos anciens chefs d’atelier à présent retraité, nous a envoyé ce lien:
Fin du siècle dernier, lors de mes visites pour les stages dans le cadre des bourses européennes « Leonardo », j’ai eu des contacts très rapprochés avec cet établissement. Malheureusement, « les futurs cuisiniers » de notre Ecole ne se bousculaient pas pour effectuer leur apprentissage dans cette maison étoilée et respectueuse… à vous de juger !

http://www.lefigaro.fr/gastronomie/la-tour-d-argent-un-tres-grand-restaurant-20190511

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Offre d’emploi

Voici encore deux offre d’emploi transmises par l’Ecole d’Hôtellerie

Je me permets de vous envoyer deux offres d’emploi pour le poste de chef de cuisine et de responsable de site pour la région de Liège.
Pourriez-vous publier ces offres à destination de vos anciens élèves ?

Je vous remercie d’avance et je reste à votre disposition pour toutes questions.

Cordialement,

Syntiche Mpongo
Stagiaire – Département Ressources Humaines
026791368

Sodexo Belgium NV/SA
Bd de la Plaine 15 Pleinlaan
Bruxelles 1050 Brussel
E-mail : syntiche.mpongo@sodexo.com

Responsable de Site Catering – Liège – 38h – FR

Chef de cuisine – Liège – 38h – FR

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

TRADITION – Mai Juin 2019

Chères « Anciennes », Chers » Anciens »,
Vous trouverez, en pièce jointe le numéro de Mars Avril 2019 de TRADITION
C’est donc via ce blog que vous trouverez des nouvelles de votre école et des Anciens… et bien entendu vous pouvez, par ce canal nous donner de vos nouvelles…
N’oubliez pas que vous pouvez recevoir la version complète (papier ou pdf) en devenant membre de l’Association des Anciens (voir infos sur la page 1)

cropped-trdlogo

Sommaire:
Le mot du Président 2
La vie à l’Ecole           3
Les échos                     3
La recette du Chef     8
Carnet de route          10
Brin d’Histoire            11
Humour                        12

Tradition Mai Juin 2019 light

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Repas à l’Ecole d’Hôtellerie (suite)

Madame, Monsieur,

Les élèves de 7ème P. Traiteur – Organisateur de banquets et réceptions sont heureux de vous convier, dans le cadre de leur évaluation de fin d’année, aux repas organisés :
• soit le lundi 27/05/2049 dès 18 h.
• soit le mardi 28/05/2019 dès 12h.30
• soit le mercredi 29/05/2019 dès 18 h.

Prix : 35 € ttc
Réservation obligatoire uniquement au 0495/50.84.52 (M. Goffin).

Vous trouverez des informations détaillées en consultant les documents de Madame DUPUIS joints en attachés.

EAC 3 show cooking 2019 GROUPE A B1 B2

Recevez, Madame, Monsieur, nos meilleures salutations.

Pierre PREGARDIEN
Secrétariat
Ecole d’Hôtellerie et de Tourisme de la Ville de Liège
EHTEx
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Repas à l’Ecole d’Hôtellerie de Liège

Message transmis par l’Ecole d’Hôtellerie

Madame, Monsieur,
A l’occasion des épreuves de qualification des étudiants des sections de 6ème boucherie, 7ème patron-boucher et 6ème boulangerie (épreuve de pâtisserie), l’école d’hôtellerie a le plaisir de vous convier à assister au repas organisé le 24 mai 2019 à 18h30.
Vous pourrez y déguster les produits réalisés par nos apprenants lors de ces épreuves.

Afin de faciliter au mieux l’organisation, la réservation est obligatoire pour le 16 mai au plus tard au 0499/757337.
Le prix est fixé à 30 euros (apéritif, vins, eaux et café inclus).

INVITATION_QUALIF_6BOUL_BOUCH_7PBOUCH_24.05.2019

En vous remerciant d’avance de l’attention que vous porterez à cette invitation, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos plus sincères salutations.

Pour Monsieur VIATOUR, Chef de travaux d’atelier,

Pierre Prégardien
Secrétariat
Ecole d’Hôtellerie et de Tourisme de la Ville de Liège
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ail… des ours !

L’ail des ours (Allium ursinum), également appelé ail sauvage ou ail des bois, est une plante herbacée vivace de la famille des Amaryllidaceae.
Étymologie
Le nom scientifique vient du latin allium, « ail » et ursus, « ours ».
Cette plante est appelée Bärlauch (ail des ours) en allemand et daslook (ail des blaireaux) en néerlandais, en référence à une légende selon laquelle, après l’hibernation, ces mammifères se mettent en quête de ces feuilles pour se purger.
L’ail des ours est un ail sauvage qui pousse dans des endroits humides. Ses feuilles peuvent se consommer en salade et il se cuisine comme l’ail blanc dans vos viandes, vinaigrette.
Les cuisiniers toujours à la recherche de nouvelles saveurs commencent à l’intégrer dans certaines recettes

Comme tous les printemps, j’ai une grosse envie d’aller battre la campagne pour y dénicher quelques gourmandises. Alors, après les pissenlits en salade et avant les fleurs d’acacia en beignets, je vous emmène cueillir cette merveille qu’est l’ail des ours. Allez, on chausse nos bottes et on s’enfuit dans un petit coin de France propice à cette plante.
L’ail des ours aime les sous-bois humides, à proximité d’un ruisseau par exemple. Tiens Caroline, un jour, je vous apprendrai à pêcher les vairons, ces tout petits poissons qui font de délicieuses fritures. Mais revenons à l’ail des ours : ses feuilles commencent à sortir de terre dans le courant du mois de mars. Elles sont d’un vert tendre, véritable ode au printemps. Attention, Caroline, lors de la cueillette, il ne faut surtout pas confondre l’ail des ours avec le muguet qui lui est toxique. Les feuilles de l’ail des ours sont beaucoup plus souples que celles du muguet, et surtout, elles dégagent une sincère odeur d’ail quand on les froisse.
Il faut cueillir l’ail des ours feuille par feuille en coupant leurs tiges, ce qui évite de les mélanger avec d’autres plantes. Vous pouvez aussi récolter les boutons des fleurs qui sont un délice, simplement sur une salade ou confits au vinaigre à la manière des cornichons. Son bulbe peut aussi se manger en condiment. Quand l’ail des ours fleurit blanc en ombrelle, c’est la fin de la récolte de cette plante qui est censée être la première nourriture des ours après leur hibernation.
L’ail des ours est porteur de vertus médicinales depuis fort longtemps. On le dit dépuratif, vermifuge, digestif, hypotenseur, voire même amaigrissant.. .Des traces ont été retrouvées dans des habitations datant du Néolithique. Jadis, l’Allium ursinum, était considérée comme une plante magique associée à la magie blanche. On pensait que porté par une femme enceinte dans ses poches, il protégerait l’enfant à naître.
Que taire quand on rentre chez sol avec son panier d’ail des ours?
Les feuilles doivent se consommer très fraîches mais vous pouvez aussi tenter de les congeler. Lavez-les soigneusement à l’eau avec quelques gouttes de vinaigre blanc. Séchez-les sur du papier absorbant. Après, c’est que du bonheur.
Crus, les feuilles d’ail des ours sont un régal en salade, en solo mais aussi mélangées avec un mesclun et d’autres herbes. Vous pouvez couper les feuilles à la manière de la ciboulette et assaisonner ainsi une poêlée de légumes, un poisson, une viande. Vous pouvez réaliser un beurre d’ail des ours en malaxant du beurre avec des feuilles finement ciselées. Vous pouvez aussi les incorporer à un fromage blanc avec du sel et du poivre.
La recette!
Et surtout, vous pouvez réaliser une recette emblématique avec cette pépite du printemps qu’est le pesto d’ail des ours. Il vous faut:

  • de l’huile d’olive ou de noix par exemple,
    des fruits secs comme des amandes,
    des pignons de pin,
    des cerneaux de noix et pourquoi pas des noisettes.
  • Du parmesan mais cela peut-être aussi un autre fromage dur et à fort caractère et un tout petit sel si besoin sachant que le fromage est déjà salé.

Mixez doucement vos feuilles d’ail des ours avec un peu d’huile, puis les fruits secs, puis le fromage râpé.
Il faut mélanger le tout sans se presser car les feuilles d’ail des ours ne doivent pas chauffer dans votre mixeur.
Vous pouvez conditionner votre pesto d’ail des ours dans de jolis pots qui feront de jolis cadeaux, à conserver au frais bien sûr.
Ce pesto est un régal avec des pâtes fraîches et je l’adore aussi sur une simple tranche de pain grillé. C’est aussi très bon avec une soupe aux jeunes orties printanières comme celle préparée par Hélène Lipietz dans son épatant restaurant librairie Le poirier au loup, à Avallon dans l’Yonne. Retenez cette adresse car elle mérite le détour, c’est à un jet de pierres de l’autoroute du soleil si vous partez en vacances.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-mitonnages-de-jacky/au-bonheur-de-lail-des-ours

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Petites singularités de la langue française.

Amateurs de Français,
Préparez-vous une (deux) aspirine(s) pour la fin.

Belle leçon de Français !

Mais comment pourrait-on écrire cette phrase: en avez-vous la réponse ?…
Dans une main, j’ai un VER de terre et dans l’autre, un VERRE d’eau. J’ouvre les deux mains et… les deux VER…. (?!) tombent.
Comment faudrait-il écrire: « VER………………. », à votre avis ?

Curieux notre français, n’est-il pas ?
On appelle ceci des « Homographes non homophones »
Car ces mots s’écrivent de la même façon mais se prononcent autrement suivant le sens….
Pauvres Flamands (ou Suisses) qui apprennent le français !

En français : deux mots composés des mêmes lettres se prononcent toujours de la même façon ! En êtes-vous bien sûr ?

Voici quelques exemples d’homographes de prononciations différentes !
(Homographes non homophones)
> Sortant de l’abbaye où les poules du couvent couvent, je vis ces vis à bois.
> Nous portions nos portions, lorsque mes fils ont cassé les fils.
> Je suis content qu’ils vous content cette histoire.
> Mon premier fils est de l’Est, il est fier et l’on peut s’y fier.
> ils n’ont pas un caractère violent et ne violent pas leurs promesses.
> Leurs femmes se parent de fleurs pour leur parent.
> Elles ne se négligent pas, je suis plus négligent.
> Elles excellent à composer un excellent repas avec des poissons qui affluent de l’affluent.
> Il convient qu’elles convient leurs amis, elles expédient une lettre pour les inviter, c’est un bon expédient.
> Il serait bien que nous éditions cette histoire pour en réaliser de belles éditions.

Voyons aussi aussi quelques exemples d’homographes de même prononciation
(Homographes homophones)
> Cette dame qui dame le sol.
> Je vais d’abord te dire qu’elle est d’abord agréable.
> A Calais, où je calais ma voiture, le mousse grattait la mousse de la coque.
> Le bruit dérangea une grue, elle alla se percher sur la grue.
> On ne badine pas avec une badine en mangeant des éclairs au chocolat à la lueur des éclairs.
> En découvrant le palais royal, il en eut le palais asséché.
> Je ne pense pas qu’il faille relever la faille de mon raisonnement.

Voici l’exemple le plus extraordinaire de la langue française : mot de sens différent mais de prononciation identique)
> le ver allait vers le verre vert et non vers la chaussure de vair gris argenté.

Pour les amateurs de langue française, un vrai petit bijou.

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m’enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j’ai connus dès le berceau.

Bien qu’opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.

Ce qu’Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l’avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maitre,
Le verbe Être s’est fait avoir.

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu’Être, toujours en manque.
Souffrait beaucoup dans son égo.

Pendant qu’Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu’Être, un peu dans la lune
S’était laissé déposséder.

Avoir était ostentatoire
Lorsqu’il se montrait généreux,
Être en revanche, et c’est notoire,
Est bien souvent présomptueux.

Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l’abri.
Alors qu’Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.

Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l’esprit.
Le verbe Être est tout en pudeur,
Et sa noblesse est à ce prix.

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.

Le verbe Avoir a besoin d’Être
Parce qu’être, c’est exister.
Le verbe Être a besoin d’avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

Oublie ton passé, qu’il soit simple ou composé, participe à ton présent pour que ton futur soit plus que parfait… Que vive la langue française !

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire